BIENVENUE SUR LE SITE DE PHILIPPE DANVIN, AUTEUR DRAMATIQUE

Vous recherchez: 1H, 1F      1H, 2F ou 2H, 1 F      2 H, 2 F    2 H, 3 F      2 H, 5 F    Au moins 2 H sur 11   

3 H et/ou 3 F       3 H, 4 F      3H,5F    3H, 6F   Au moins 3 H sur 14    4 H, 3 F     4 H, 4 F     

4H,5F    5 H, 5 F       Distribution modulable pour troupe   Pièces pour jeunes    Liste des pièces

Accueil    Liens   

Demandez une pièce ici.

 

SCENE 0 : A EVITER SI VOUS JOUEZ EN COSTUMES D'EPOQUE      Revenir à la pièce

(Deux des comédiens au choix, ici: un homme, une femme)

 (Le directeur entre côté cour, la comédienne, côté jardin. On l'entend d'abord crier "Nous avons été saisis, nous avons été saisis"!)

COMEDIENNE (entrant, essoufflée) - Monsieur le Directeur, Monsieur le directeur, nous avons été saisis, nous avons été saisis !

DIRECTEUR (ne comprenant pas) - Saisis ?…

COMEDIENNE - Oui, saisis, saisis, mais vous ne comprenez pas ?

DIRECTEUR - Heu…en effet…Je n'ai pas saisi… Que cherchez-vous à me dire ?

COMEDIENNE  (énervée, en le secouant) - Nous avons été saisis, Monsieur le Directeur, saisis !

DIRECTEUR - Je ne saisis toujours pas. Expliquez-vous et calmez-vous.

COMEDIENNE - Comment voulez-vous que je sois calme ? Un huissier, Monsieur le Directeur, un huissier nous a saisis !

DIRECTEUR - Un huissier nous a saisis ? Mon Dieu, je n'avais pas saisi !

COMEDIENNE - Vous, non ! L'autre en revanche !

DIRECTEUR - Et qu'a-t-il saisi ?

COMEDIENNE (le secouant encore) - Tout, Monsieur le Directeur, tout !

DIRECTRICE - Tout ? Nos meubles ?

COMEDIENNE (en sanglotant) - Nos meubles, oui. Il n'y a plus rien dans nos loges, ils ont même pris les miroirs.

DIRECTEUR - Les miroirs ? Mais pour le maquillage ?

COMEDIENNE (toujours en le secouant) - Plus de produits ! Ils ont tout pris !

DIRECTEUR - Tout ? Vous allez devoir jouer sans maquillage ?

COMEDIENNE - Ce n'est pas bien grave pour le public: nous avons l'habitude de lui jeter de la poudre aux yeux.

DIRECTEUR (la repoussant) - Mais il faut lui demander de nous laisser au moins les produits de maquillage à cet olibrius !

COMEDIENNE - Huissier, Monsieur le Directeur, pas olibrius ! Mais c'est impossible, il a déjà pris la poudre d'escampette.

DIRECTEUR (découragé) - La poudre d'escampette avec toutes nos poudres et nos produits…Mais nous jouons dans cinq minutes !

COMEDIENNE - Sans le décor, il n'a laissé que le banc et sans les costumes d'époque.

DIRECTEUR (interloqué) - Sans les costumes d'époque ? Il les a pris aussi ? Ce n'est pas vrai, ce n'est pas vrai ? 

COMEDIENNE (sanglotant) - Hélas ! Monsieur le Directeur, hélas !

DIRECTEUR (reprenant espoir) - Dites, c'est une blague, vos camarades sont dans le coup ou nous sommes le premier avril, c'est ça ?

COMEDIENNE (le secouant à nouveau) - Vous croyez que je vous ferais une blague à cinq minutes du début du spectacle ?

DIRECTEUR - Mais voyons, on ne saisit pas un samedi soir !…Mon Dieu ! Un samedi soir, où trouver des costumes de rechange ?

COMEDIENNE (au bord de la crise de nerfs) -  Nulle part, nulle part ! Ah ! Ah ! Je craque, Monsieur le Directeur ! Je vous l'avais dit que nous finirions par avoir des ennuis. Nous ne sommes en règle avec personne.

DIRECTEUR - Mais dans le domaine culturel, tout le monde tire le diable par la queue, voyons !

COMEDIENNE (toujours en le secouant) - Et il venait de chez vous, Monsieur le Directeur, il venait de chez vous !

DIRECTEUR - De chez moi ? De chez moi ? Qu'est-ce que vous voulez dire par là ?

COMEDIENNE - Ils ont saisi tout ce qu'ils pouvaient chez vous, Monsieur le directeur, tout !

DIRECTEUR (suffoquant) - Qu'est-ce…qu'est-ce que vous dites ?

COMEDIENNE - C'est à cause de vos dettes, vous entendez, de vos dettes ! Ce qu'ils ont saisi chez vous était insuffisant, alors ils ont saisi chez nous, vous entendez: chez nous ! C'est pas juste, c'est pas juste !

DIRECTEUR - Calmez-vous, mon petit, calmez-vous et reprenez votre sang-froid: comme on dit dans ces cas-là: the show must go on.

COMEDIENNE - Qu'est-ce que vous dites ? Qu'est-ce que vous dites ?

DIRECTEUR - The show must go on, le spectacle doit continuer. En scène ! Les artistes se doivent à leur public.

COMEDIENNE (soudain calmée) - Comme vous parlez bien, Monsieur le Directeur !

DIRECTEUR - Vous n'avez jamais joué en étant malade avec 38 de fièvre ?

COMEDIENNE - Si, bien sûr.

DIRECTEUR - Eh bien, ce soir, tout le monde a la fièvre et tout le monde l'oublie le temps du spectacle. Que chacun s'habille comme il le pourra. Nous commençons à l'heure, dites-le à tout le monde: nous commençons à l'heure. (Elle sort en courant, il regarde sa montre.) Et commencer à l'heure, c'est commencer maintenant, huissier ou pas ! Ce ne sont pas les représentants de la loi qui vont la faire, nom d'un chien ! The show must go on, the show must go on, le reste attendra. (Il sort.)